La génération Y se met-elle trop la pression pour aller bien ?


--------- Publicité ---------

Pour le jeune entrepreneur et consultant britannique Emerson Csorba, spécialisé dans les questions intergénérationnelles, le défi de notre génération est de se détacher de la comparaison systématique avec les autres, ce que l’hyperconnexion ne favorise pas.

Après une centaine d’entretiens menés auprès de millennials (des gens d’une vingtaine d’années) au Royaume-Uni, Emerson Csorba publie les résultats de son enquête dans la revue américaine Harvard Business Review. Membre du réseau de contributeurs Global Shaper rattaché au Forum économique mondial, il s’interroge sur sa génération et lui donne la parole à travers cette nouvelle série de rencontres.

Emerson Csorba décrit le défi majeur de la génération Y à travers la remarque de l’un d’entre eux :

“Nous sommes une génération qui se compare impitoyablement, tant entre nous qu’avec nos modèles. Et si nous ne faisons pas quelque chose d’exceptionnel, ou si nous ne sous sentons pas importants et épanouis dans ce que nous faisons, nous le vivons mal.”

Pour le jeune consultant, trois facteurs sont liés à cette pression qui nous pousse à en faire toujours plus et toujours mieux que les autres pour atteindre un sentiment de satisfaction : l’image de la réussite déformée par les réseaux sociaux, les quelques milliardaires de vingt ans érigés en modèles et dont les médias raffolent, et enfin la multiplication du champs des carrières possibles (le fameux vertige face au monde de l’hyperchoix).

--------- Publicité ---------
1 sur 5



------------ Publicité ------------