Navigo, retraites, paiement en espèces… Ce qui va changer le 1er septembre


--------- Publicité ---------

Les affaires sérieuses reprennent. A l’occasion de la rentrée, un certain nombre de règles entrent en vigueur mardi. 

Les éthylotests antidémarrage obligatoires pour les bus

Les chauffeurs vont devoir souffler pour démarrer. A partir de mardi, les éthylotests antidémarrage (EAD) sont obligatoires dans les bus et autocars. S’ils l’étaient déjà depuis 2010 sur les bus et cars neufs transportant des enfants, les EAD devront désormais être présents sur tout véhicule de transport de personnes. Le principe est simple : le chauffeur souffle dans un éthylotest couplé au système de démarrage qui se bloque si l’alcoolémie est trop élevée.

Les tarifs du gaz en hausse

Après une baisse de 1,3 % en juillet, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé une hausse moyenne de 0,5 % au 1er septembre des tarifs réglementés de vente hors taxes d’ENGIE (ex GDF SUEZ) par rapport au barème en vigueur en août 2015. « Cette augmentation est de 0,2 % pour ceux qui utilisent le gaz uniquement pour la cuisson, de 0,3 % pour ceux qui en font un double usage, cuisson et eau chaude, et de 0,5 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », détaille la CRE dans son communiqué.

Le RSA « socle » augmente

Le Revenu de solidarité active (RSA) « socle » va augmenter de 2 % au 1er septembre, passant de 513,88 à 524,16 euros par mois pour une personne seule. Cette revalorisation exceptionnelle du RSA « socle » (revenu minimum pour personnes sans ressources) fait suite à une augmentation de 0,9 % au 1er janvier, en ligne avec l’inflation.

Un nouveau droit opposable à la retraite

Plus de retard dans le versement des pensions. Dès lors qu’ils auront déposé un dossier complet au moins quatre mois avant la date prévue de leur départ, les futurs retraités du régime général pourront toucher leur dû sans délai, selon un décret qui entre en vigueur. Pour les demandes de pensions de retraite relevant du régime des salariés agricoles et du régime social des indépendants, le texte entrera en vigueur au plus tard le 1er janvier 2017, date à laquelle s’appliqueront de nouvelles règles pour la liquidation des droits à pensions des assurés ayant relevé de plusieurs régimes.

Les stagiaires mieux considérés

Votée en juin 2014, la loi encadrant les stages entre enfin en vigueur. Désormais, les stages de plus de six mois consécutifs au sein d’une même entreprise seront interdits. Le temps de travail des stagiaires sera par ailleurs limité, selon les cas, à 35 ou 39 heures semaines en moyenne. Sur le plan financier, les étudiants seront rémunérés au minimum 554 euros (et non plus 508 euros), à partir de deux mois dans l’entreprise. Les stagiaires auront droit à des tickets restaurants (s’ils le demandent) et des indemnités de transport.

Les gardes des internes en médecine revalorisées

Deux arrêtés du ministère de la Santé donnent un coup de pouce aux internes. Une garde de nuit, un dimanche ou un jour férié, leur rapportera dorénavant 39 euros (au lieu de 26 euros), puis 52 euros dans un an. Soit le double, à terme, de ce que les carabins touchaient jusqu’à présent. Les mesures relatives aux astreintes entreront en vigueur, elles, en novembre seulement.

La location de meublés mieux réglementée

Une nouvelle réglementation, prévue par la loi Alur, fixe le mobilier minimum que devra obligatoirement fournir le bailleur en cas de locations meublées. La liste est précise : la literie (couette et couverture), un rideau opaque ou un volet pour les fenêtres des pièces de couchage, des plaques de cuisson, un four, un réfrigérateur et un congélateur ou réfrigérateur avec compartiment pour produits congelés, la vaisselle, des ustensiles de cuisine, une table et des sièges, une étagère de rangement, des luminaires et du matériel d’entretien ménager.

Le passe Navigo unique à Paris

Le tarif des abonnements Navigo mensuels, hebdomadaires et annuels du Stif devient unique et « toutes zones » en Ile-de-France. Le forfait passe à 70 euros par mois, 21,25 euros par semaine ou 770 euros par an. Les Franciliens pourront donc circuler sur l’ensemble du réseau de trains, tramways, métros et bus pour le prix actuel d’un abonnement mensuel de la zone 1-2.

Les paiements en espèces plafonnés à 1.000 euros

Les paiements en espèce au-delà de 1.000 euros sont désormais interdits, selon un décret publié dans le Journal officiel. Jusqu’à présent, les consommateurs pouvaient payer leurs achats en espèces ou au moyen de monnaie électronique jusqu’à 3.000 euros lorsque le débiteur était résident en France. L’objectif de cette mesure est de limiter la part des transactions anonymes dans l’économie, possiblement liées à des actions de fraude, de blanchiment, voire de financement du terrorisme

Source : 20minutes

--------- Publicité ---------



------------ Publicité ------------