Omar Sy : “Le succès d’Intouchables, c’était un coup de chance !”


--------- Publicité ---------

Omar Sy classe et souriant lors de la soirée GQ, au musée d’Orsay, le 19 novembre 2014

Interrogé par le magazine allemand Jolie, Omar Sy est revenu brièvement sur sa récente success-story. Lors de cet entretien, l’acteur – que l’on retrouvera bientôt à l’affiche de Jurassic World – a notamment expliqué voir la réussite du film Intouchables comme “un coup de chance” qui le pousse aujourd’hui à ne jamais se reposer sur ses lauriers.

Le succès, Omar Sy pensait ne jamais y goûter. L’acteur ne connaît pourtant plus que ça depuis le carton d”Intouchables. Cette réussite lui a en effet ouvert les portes de nombreux projets, notamment Hollywoodiens. Ainsi, après s’être illustré dans X-Men Days of Future Past, le pote de Fred Testot fera prochainement parler de lui dans Jurassic World et dans le troisième volet de la saga “Da Vinci Code”. La star ne compte pas pour autant se reposer sur ses acquis, comme il a expliqué lors d’une interview avec le magazine allemand Jolie.

Omar Sy et le “coup de chance” d’Intouchables

Ce dernier confie que “beaucoup de travail” est nécessaire pour rester dans la lumière. “Je n’attends pas qu’un rôle me tombe dessus. Si tu veux améliorer ta vie, il faut travailler dur. Sinon rien n’arrivera. J’ai toujours compté sur ça”, a-t-il partagé. Ce dernier concède cela dit que le travail ne suffit pas. La preuve selon lui avec Intouchables .”C’était un coup de chance. Le travail ne paye pas si les gens ne vont pas au cinéma. Personne ne peut anticiper le succès. Et c’était un processus lent. Petit à petit le nombre de spectateurs a augmenté. Et tout à coup, le film est devenu un gros succès en Allemagne ! Je n’arrive toujours pas à y croire.”

Une jeunesse difficile comme principal moteur

Omar Sy savoure en tout cas pleinement son triomphe, et ce de l’autre côté de l’Atlantique – il a emménagé à Los Angeles. Et d’après ses confidences, sa fulgurante notoriété aurait un goût différent s’il n’avait pas grandi dans un milieu pauvre. “Ce n’était pas facile. Mais au final, ça m’a aidé. Parce que sans cette période difficile, je n’apprécierais pas autant ma réussite. Je n’étais pas malheureux à ce moment-là. Disons que c’est étrange de réaliser que j’ai obtenu ce dont j’ai souvent rêvé”, décrit-il sa jeunesse à Trappes, au sein d’une famille de 8 enfants.

Source : purebreak

--------- Publicité ---------



------------ Publicité ------------

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>