Pour préserver la forêt amazonienne, le Brésil s’engage contre les cultures illégales de soja


--------- Publicité ---------

Après des mois de négociations entre le gouvernement brésilien, les industriels du soja et les ONG, un moratoire a finalement été adopté. Il suspend définitivement la culture du soja dans de larges pans de la forêt tropicale amazonienne.

773359752_6a69e44874_b-810x512

C’est une bonne nouvelle pour le poumon de la planète et tous ceux qui se battent pour en finir avec la déforestation. Le moratoire sur le soja, adopté par le Brésil en 2006 sur la base d’une révision annuelle, vient d’être reconduit pour une période illimitée. Une décision saluée par Greenpeace, qui souligne l’importance d’une initiative pérenne dans un contexte politique instable.

Au cœur de l’accord, la garantie que les négociants du marché du soja ne se fournissent plus auprès de commerçants dont la production entraîne la déforestation, ou qui recourent au travail forcé ou l’esclavage tout en menaçant les terres où vivent 180 ethnies indigènes. Une production illégale d’ailleurs surveillée de près par un monitoring satellitaire après l’adoption d’un code forestier par le pays en 2012. Jusqu’alors, les négociants pouvaient difficilement savoir s’ils commerçaient avec des producteurs légaux ou pratiquant la déforestation.

--------- Publicité ---------
1 sur 2



------------ Publicité ------------